Libourne

Le Libournais doit son nom à Libourne, bastide d’origine anglaise située au confluent des rivières Isle et Dordogne.

C’est au cœur de ce territoire girondin qu’un moine choisit de s’établir au début du Moyen Age pour y fonder un ermitage qui deviendra la cité de Saint-Emilion , classée en 1999 avec les 8 communes de sa juridiction au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO  au titre de «Paysages Culturels», une première pour un terroir viticole.

Berceau des célèbres châteaux Ausone, Cheval Blanc et Petrus, le Libournais fut également le théâtre de la bataille de Castillon  remportée en 1453 par Charles VII et qui mit fin à la guerre de Cent Ans.

Libourne est la seule bastide de Gironde édifiée sur la rive droite de la Dordogne. A voir : la place Abel Surchamp et ses maisons à couverts (passages sous arcades), la porte du Grand Port, seul vestige encore visible de l’enceinte fortifiée du XIVe siècle, et ses deux tours du XVe siècle : la tour Richard et la tour Barrée.

Guîtres  : l’église Abbatiale Notre Dame  (XIe siècle) qui protégeait autrefois le village, présente un magnifique portail de style saintongeais. La charpente intérieure, en chêne, aurait été façonnée par des charpentiers de marine.

Une autre façon de découvrir Guîtres et ses alentours : rendez vous au musée ferroviaire pour une balade en train à vapeur, patiemment restauré par une association de bénévoles. Le musée présente également deux locomotives de 1890 et 1947 ainsi que des wagons de voyageurs de 1930.

Saint Philippe d’Aiguille  : Point de vue sur la vallée de la Dordogne

Sainte-Foy-la-Grande  : bastide du XIIIe siècle, typique par ses arcades et maisons à colombages. Le marché du samedi matin est classé parmi les 100 plus beaux de France.

Classé «village ancien», Gensac  offre une très jolie vue sur la Durèze. Chaque année, un spectacle son et lumière retrace les exploits légendaires du héros local, Pierre d’Escodeca, chevalier de Pardaillan.

Rauzan  : imposant château féodal du XIIIe siècle. A voir également, la Grotte Célestine, creusée dans la roche calcaire par une rivière souterraine, qui est d’ailleurs la seule à être ouverte au public en Gironde.

Saint-Jean-de-Blaignac  : moulins des XVe et XVIe siècles à voir le long de la rivière Engranne.

Saint-Sulpice de Faleyrens ; au lieu dit « Pierrefitte » («pierre fichée au sol» en latin ou «pierre immobile» en gascon) se dresse un menhir haut de 5,20 m au pied duquel est fêté, chaque année en juin, le solstice d’été.

Vayres  : d’origine médiévale, ce somptueux château a été réaménagé à la Renaissance par Louis de Foix, bâtisseur du phare de Cordouan. Monumental escalier à double révolution et magnifiques jardins à la française plongeant vers la rivière Dordogne.

A voir également : les églises romanes de Saint-Aignan,  Cornemps, Petit Palais, Villegouge, Galgon, Coutras, Saint-Médard-de-Guizières, Tayac, Francs, Saint-Cibard, Saint-Philippe d’Aiguille, Puisseguin, Montagne.

Tous les étés, le site de Belvès de Castillon accueille un spectacle son et lumière retraçant non seulement la bataille de Castillon, mais aussi la vie quotidienne à l’époque médiévale. 700 bénévoles, 450 comédiens et plus de 50 cavaliers participent à cette immense reconstitution historique.

+33 5 57 40 14 53 – www.batailledecastillon.com

Dernières actualités

Articles populaires