Accueil Infos pratiques L'économie à Bordeaux

L'économie à Bordeaux

En 2006, l’agglomération bordelaise compte plus de 387 000 emplois et la capitale girondine reste assez dynamique puisque environ 5000 entreprises s’y sont créées en 2006 soit un taux de création d’entreprises de 12,7%, ce qui place la région Aquitaine au 4e rang national. Si l’on continue dans les chiffres, la région est la 4eme région pour la création d’emplois salariés entre 2007 et 2008. Le taux de chômage dans la métropole bordelaise est d’environ 8,8% en 2004. Mais l’emploi est très inégalement réparti : le secteur primaire ne représente que 0,3% des actifs, le secteur secondaire 10,7% et le secteur tertiaire 89%.

En 2020 il existe 63901 entreprises à Bordeaux.

L’économie bordelaise est historiquement tournée vers la viticulture. Bordeaux est considérée par beaucoup comme la capitale mondiale du vin. Il y a autour de Bordeaux 14 000 producteurs de vin, 117 514 hectares de vigne, 400 négociants et un chiffre d’affaires de 14,5 milliards d’euros. La production annuelle est de 700 millions de bouteilles, vins de consommation courante et vins de qualité supérieure confondus. La couleur bordeaux vient ainsi de la couleur caractéristique des vins rouges.
Le vignoble bordelais est subdivisé en cinq régions : l’Entre-Deux-Mers, le Libournais, le Bourgeais-Blayais, les Graves et le Médoc. Les terroirs les plus célèbres sont ceux de Saint-Émilion, Pauillac, Saint-Estèphe, Sauternes et Pomerol. Un classement des vins de Bordeaux est établi depuis 1855, mais il est fortement remis en question par la critique et certains producteurs du fait de son caractère presque immuable.
Actuellement, le vignoble bordelais connaît une relative crise en raison de la concurrence internationale et de la baisse des prix. Ces dernières années, le nombre de producteurs a diminué de façon significative.

Bien que l’industrie bordelaise ait souffert ces dernières décennies, la ville a su se repositionner dans les technologies de pointe et les nouvelles technologies, notamment l’aéronautique. L’agglomération bordelaise est le second pôle national dans les secteurs aéronautique, spatial et de défense, après Toulouse, avec 20 000 emplois directs et 8 000 emplois en sous-traitance. Parmi les entreprises implantées à Bordeaux dans ce domaine, on compte Safran, EADS et Thales. C’est notamment en périphérie de Bordeaux que sont construits les avions Falcon, le cockpit de l’Airbus A380 ou encore les propulseurs d’appoint de la fusée Ariane.

Sont aussi présentes la pétrochimie et l’industrie pharmaceutique (Sanofi-Aventis), ainsi que l’industrie agroalimentaire (LU), et en particulier les vins et spiritueux (Marie Brizard, Ricard).

Le secteur tertiaire reste dominant dans la capitale girondine notamment grâce à la forte attractivité commerciale et à une concentration des services liés aux entreprises.

Bordeaux, ville touristique

De plus, le tourisme est en plein essor, Bordeaux disposant d’un riche patrimoine historique et servant de relais vers les côtes d’Aquitaine et l’arrière-pays qui bénéficie des progrès du tourisme rural.

La ville accueille chaque année 2,5 millions de visiteurs venus du monde entier. Elle est aussi la deuxième escale de croisière française de la façade atlantique.

La finance n’est pas en reste : avec 190 courtiers, Bordeaux est la 4ème place française de courtage après Paris, Lyon et Marseille. Un nouveau quartier d’affaires international a vu le jour à proximité de la gare.

Enfin Bordeaux reste un grand port en France. Il accueille chaque année 1 600 navires et traite environ neuf millions de tonnes de marchandises. Y transitent notamment les éléments de l’A380 en direction de Toulouse.

A noter, Bordeaux possède une Chambre de commerce et d’industrie et est le siège de la Chambre régionale de commerce et d’industrie Aquitaine.

Dernières actualités

Articles populaires